Oreillettes-traductrices dans l’événementiel : le point après le CES de Las Vegas

par | Fév 13, 2018 | Actualités

Oreillettes-traductrices dans l’événementiel : le point après le CES de Las Vegas

par | Fév 13, 2018 | Actualités | 0 commentaires

Quel professionnel des langues n’a pas été impressionné, impatient ou angoissé par le méga-buzz des oreillettes Pilot, des Waverly Labs ?

La fameuse vidéo qui a levé 4,5M$

Grâce à l’excellent plan média qu’a représentée sa levée de fonds de 4,5 M$ via 22000 contributeurs, en 2016, la Presse en a donné un large échos.

Les difficultés de compréhension ne seront plus qu’un lointain souvenir. The Pilot, des oreillettes pas comme les autres, permettent de traduire en temps quasi réel ce que dit l’interlocuteur via le bluetooh. Elles facilitent ainsi l’échange et les conversations avec les personnes parlant une autre langue. (…) Il faudra cependant attendre Noël pour le recevoir.
Aude Godfryd — 21/05/2016 dans Le Figaro — The Pilot, des oreillettes de traduction quasiment en temps réel

Les oreillettes-traductrices ont le vent en poupe

Depuis 2 ans, de nombreux projets d’oreillettes traductrices voient le jour. Certains même aboutissent. Le site Yellow Vision en fait un inventaire enthousiaste :

Ces gadgets futuristes de traduction en temps réel pourraient révolutionner un certain nombre d’industries et tout type d’interaction humaine entre ceux qui communiquent avec autre langue : des conférences et des expositions internationales, l’industrie médicale ou même dans un contexte militaire,
Daniel Rojas — 10/2017 — Enfin, les oreillettes de traduction simultanée !

Alors, qu’en est-il pour l’événementiel aujourd’hui ? Ces merveilles technologiques sont-elles prêtes à délivrer toutes leurs promesses ? Les interprètes sont-ils bientôt dépassés ? Laurence Rousseau, éditrice de MeetIn a recueilli les impressions de l’éditeur de logiciels pour l’événementiel Vincent Bruneau, de retour du CES Las Vegas :

Ecouteurs traducteurs
Naver Corp, géant technologique coréen, Line Corp et l’américain Orfeo Soundworks Mars ont présenté des écouteurs qui traduisent en temps réel la langue entendue par l’utilisateur. Les langues usitées sont actuellement l’anglais, le coréen, le japonais et le chinois mais la techno ne demande qu’à s’ouvrir à de nouveaux marchés. Pour Vincent Bruneau « l’intérêt ne se résume pas à la traduction. On peut imaginer des événements collaboratifs où le spectateur est aussi acteur de la présentation, sans être bloqué par le barrage de la langue ».
Vincent Bruneau cité par Laurence Rousseau pour MeetIn — Ces innovations vues au CES 2018 et applicables à l’événementiel

Confirmation : les « casques et oreillettes traducteurs » sont repérés par Olivier Ezratty, dans son 12e Rapport CES, parmi les Top tendances du CES 2018 :

À l’épreuve des faits

Bon, OK, les oreillettes traductrices ont le vent en poupe, et ici, à Linguali, il ne se passe pas une semaine sans qu’on nous demande si on a vu ces fameuses oreillettes, et combien de temps encore il faudra supporter ces divas d’interprètes de conférences (très légère exagération).

Ça tombe bien, notre ami Barry Slaughter Olsen, fondateur d’Interpret America, formateur en interprétariat à l’école de Monterrey, et ici, blogueur et podcasteur pour sa chronique « The Tech Savvy Interpreter » a mis à l’épreuve l’une de ces oreillettes lors d’un essai au protocole rigoureux.

Verdict en vidéo.

Voilà… Au vu de ce résultat, on n’a pas vraiment envie de confier un sujet important à ce traducteur artificiel…

Alors, pourquoi tant d’enthousiasme pour des résultas concrets si décevants ?

Ce n’est pas le lieu ici de faire le procès du storytelling dans le marketing, le financement des startups et des chercheurs. Ce qu’il est possible d’avancer, c’est que, bien en deça des promesses de la technologie, du machine learning et autres branches de l’intelligence artificielle appliqué au traitement du langage naturel (ou NLP) les briques de base ne sont pas prêtes.

La reconnaissance de la parole est encore à quelques années d’être aboutie.

Source : Speech Recognition Is Not Solved (Stanford University Machine Learning PhD student Awni Hannun)

Et la traduction automatisée ne tient pas — vraiment — ses promesses. redonnons la parole à Olivier Ezatty, observateur pourtant technophile des avancées dans le numérique :

On me demande parfois si je l’édite aussi en anglais. (…) J’ai aussi testé la traduction automatique avec les services en ligne de Google et Microsoft et le résultat est déplorable. Bref, j’ai déjà tourné la question dans tous les sens et, pour l’instant, mis de côté la version anglaise. Même s’il ne faut jamais dire jamais !
Olivier Ezratty — Rapport CES 2018

Alors, qu’en pensez-vous ? Avez-vous eu l’occasion d’essayer l’une de ces oreillettes-traductrices « dans la vraie vie » ? Retours d’expérience ?